Accueil‎ > ‎Explorations‎ > ‎Belgique‎ > ‎

Rostène


Bienvenue au Chantoire de Rostène...

Ici ne figurent que quelques dates clés, la totalité de nos actions au Chantoire sont visibles dans nos news.

La cavité est sur une propriété privée. A la demande du propriétaire, nous avons placé une porte afin, notamment, de la protéger. Il est donc inutile de se rendre sur place pour tenter de visiter le Chantoire de Rostène. Le GRPS donnera dans le futur la possibilité à tous les spéléos de visiter cette nouvelle cavité. Un peu de patience nous avons encore du pain sur la planche.

Cette découverte est le fruit de trois "vagues d'assauts" :

  • La première a été menée par Philippe Lacroix et Michel Drion ;
  • Devant l'ampleur du travail, Philippe a fait appel aux nombreux bras du GRPS. Ensemble, nous avons dégagé l'entrée et commencé l'exploration de la trémie ;
  • Enfin, l'équipe a été renforcée par Jacques Simus, ami de Michel Drion, pour le travail dans la trémie.

    Règlement de visite du Chantoire de Rostène


  • Les faits marquants des travaux au Chantoire de Rostène.

  • Début 2006 : Début des travaux de déblaiement par Philippe Lacroix et Michel Drion ;
  • 09-04-2006 : Le GRPS est appelé en renfort et débute sa collaboration avec Philippe au Chantoire de Rostène ;
  • 13-05-2006 : Après avoir enlevé de nombreux mètres cubes. Arrêt au sommet d'un puits estimé à 6 mètres. Ca souffle. Température de 6°C ;
  • 03-06-2006 : Les pluies du mois ont vite fait de déstabiliser l'entrée du Chantoire. Résultat, plusieurs mètres cubes de terre obstruent à nouveau l'entrée du puits de 6 mètres ;
  • 17-06-2006 : Descente du P6 avec une vingtaine de mètres de première dans un éboulis. La suite est désignée par le courant d'air ;
  • 25-06-2006 : Topographie de l'éboulis ;
  • Juillet et août 2006 : plusieurs tentatives d'ouvrir la galerie qui se trouve à mi-hauteur du puits d'entrée ;
  • 31-11-2006 : Après d'autres projets et avec le renfort de Jacques, la reprise des travaux permet de réaliser une quinzaine de mètres de première, nous sommes toujours dans l'éboulis ;
  • 27-12-2006 : C'est le grand jour au Chantoire de Rostène. Ci-dessous, un extrait du mail de Jacques sur cette journée fabuleuse :

    Laurence, Gaëtan, Stéphane et Jacques ont la joie d'offrir, comme méga cadeau de fin d'année, une superbe première à tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à l'ouverture de ce chantoire. 500m pour les optimistes ou 400m pour les plus pessimistes, peu importe car notre enchantement ´tait bien au-delà de toute "mesure relative".

    Le grenier chaotique cachait bien un trésor que nous avons découvert après quelques tirs et déplacement de cailloux, en voici quelques détails phares.

    Nous avions commencé à dégager un passage dans le haut de l'éboulis où l'on voyait du vide s'orientant vers le bas, où s'écoule l'eau. Après le dégagement des premiers blocs, l'on constate que cela sera plus difficile que je l'avais pensé. Alors Gaëtan décide de passer dans l'antichambre pour une inspection des lieux. Il remarque le passage bas qui se dirige vers notre ouverture et nous signale que, pour lui, ce passage serait plus rapide à ouvrir. Trois tirs et hop ! Stéphane et Gaëtan s'infiltrent dedans en nous refilant les cailloux indésirables. Peu de temps après, Laurence et moi les rejoignons. Un petit puits se dégage et offre une possibilité à Laurence de nous démontrer l'agilité féminine. Test réussi, juste un petit problème au niveau du poitrail mais résolu par sa flexibilité. En bas du puits, Laurence nous signale qu'elle est dans une galerie spacieuse. Gaëtan et Stéphane casseront chacun à leur tour quelques centimètres de roche pour faciliter le passage. Inquiet de ne plus avoir de nouvelle de Laurence, nous l'appelons sans résultat, bien sur trop occupée à faire de la première. Gaëtan et Stéphane la rejoignent en poussant des cris de joie, je ferai de même après avoir enlevé un bloc gênant, vu que moi j'ai un poitrail plutôt corpulent. Les cris de joie des camarades étaient justifiés car nous étions enfin sorti de l'infâme éboulis et nous rentrons dans ce que l'ont peut appeler une vraie grotte.

    Notre joie rayonnait comme ceux des enfants qui déballent leur cadeau tant désiré et, pourtant, nous n'étions pas encore au bout des surprises qui nous tendaient les bras. Des galeries spacieuses, des méandres à y perdre le "sud", une euphonie de calcite de toute beauté et un siphon plongeable etc.… Nous avons progressé dans deux rivières et nous sommes arrêtés au sommet d'une galerie imposante où l'on entend couler une troisième rivière qui serait peut-être le collecteur.
    Nous ne sommes pas descendus car nous n'avions pas de corde avec nous. Nous avons aussi vu d'autres possibilités que nous n'avons pas explorées car il faut en laisser pour les autres…

  • 30-12-2006 : Suite à notre merveilleuse découverte du mercredi, nous y retournons à huit (Benoît, Stéphane, Laurence, Cécile, Jacques, Luc, Sabine, Gaлtan) avec trois objectifs en vue :

    1) Observer les endroits délicats à baliser pour une protection maximum des concrétions.
    2) Etudier les possibilités d'un détournement ou des protections aux passages entres coulées de calcite.
    3) Continuer l'exploration au delà de nos arrêts sur rien !

    A l'entrée du Chantoire nous constatons qu'il n'y a pas beaucoup d'eau, ce qui nous rassure. Mais nous n'étions pas encore tous dans la première galerie que le débit d'eau augmente, ce qui nous n'empêche pas de continuer notre progression. Arrivé dans la belle galerie les yeux des compagnons absents lors à la découverte, scintillaient de bonheur. Arrivé au bout de la galerie amont de la première rivière, oщ l'on s'était arrêté lors de la découverte, nous plantons un spit pour y placer deux grand étriers. Après une descente d'environs huit mètres sur de l'argile compacte, nous débouchons à nouveau dans une rivière avec un départ en aval et un vers l'amont. La plupart d'entre nous se dirige vers l'amont où la galerie est plus plaisante, entrecoupée de passages hauts et bas et d'un affluant important. Cette galerie amont fait environs 175 mètres. En aval, la galerie fait plus ou moins 20 mètres et se termine par un siphon. Une question nous turbine quant à voir si cette deuxième rivière est ou non la même que la précédente. En remontant nous prenons quelques notes sur l'estimation du développement, de l'orientation des galeries principale et de nos réflexions sur les points d'aménagement et du balisage. Lors de la remonté du premier puits dans l'éboulis d'entrée, nous aurons la désagréable surprise d'être arrosé par l'eau et d'une chute de pierre, ce qui confortera notre idée d'ouvrir une nouvelle galerie permettant de shunter cette descente inconfortable. Une journée bien remplie d'émotions et de travail pour le futur.

  • 05-01-2007 : A la demande du propriétaire et dans l'intention de protéger la cavité une porte est placée au Chantoire de Rostène. Dans la foulée, le balisage de la cavité est commencé ;
  • 28-01-2007 : Le petit puits où de l'eau se perdait est descendu après quelques aménagements. Sept mètres de première sont réalisés dans la rivière, mais queute abominable dans un boyau infâme. Déception ;
  • 03-02-2007 : Le balisage est placé jusqu'à la rivière ;
  • 10-03-2007 : La topo est à 320 mètres pour -78. Et c'est loin d'être terminé...
  • 05-05-2007 : Le réseau est topographié sur 502 mètres pour un dénivelé de -80 et ce n'est toujours pas terminé !
  • 02-06-2007 : Plongée de Michel Pauwels du siphon aval de la rivière principale. Malheureusement, cette plongée ne donnera rien. Le dénivelé passe а -81m ;
  • 25-08-2007 : Aprиs 6 nouvelles heures de topographie le dйveloppement passe а 700 mиtres pour un dйnivelй inchangй de -81. Et зa continue !

  • 08-09-2007 :Escalade artificielle au Chantoire de Rostène . Le but étant une galerie située en hauteur dans la salle de l’amont. Malheureusement cette galerie de belle dimension queute après quelques mètres. La suite c’est une grosse séance de topographie. Le réseau totalise actuellement 823 mètres mais il reste encore de la topo et sans doute de la première !

  • 29-09-2007 :Une fois n'est pas coutume pas de topo au programme du Chantoire de Rostène , par contre une petite séance De désob musclée a été effectuée : objectif l'étroiture au bout de la Galerie du Pus. Nous nous retrouvons donc Gaëtan, Luc, Laurence, Nicolas et Stéphane, devant l'étroiture avec deux massettes, quelques burins et une foreuse (transformée en marteau-pic). Après un relais d'une grosse demi-heure, l'étroiture est dégommée... A nous la première d'environ.... 5 mètres.... Arrêt devant une autre coulée de calcite (un peu comme la Boîte aux lettres de Sainte-Anne) dont l'ouverture devait faire 10 cm sur 30 cm, avec un VRAI courant d'air et du vide derrière... :-) Après une bonne heure d'amusement dans la calcite, le passage s'ouvre et Gaëtan force l'étroiture...Pops, tel un bouchon de champagne... On élargit encore un peu pour pouvoir le rejoindre. Après, c'est de nouveau grand, on est gêné dans la progression par une très belle coulée blanche qu'il faut protéger. Ensuite, on se retrouve dans une galerie qui fait 2x2 sur 8 mètres avant une division en deux petites galeries ramping. Première effectuée : environ 34 mètres . Développement topographié (inchangé) : 823,5 m . Développement total estimé : 940 m . To be continued...

  • 2007-10-13 Commenзons cette new par la conclusion de cette journée : nous avons atteint et dépassé le KM... dans le Chantoire de Rostène . Petit récit de cette journée lève-tôt : rendez-vous pour Jacques, Gaëtan, Luc et Stéphane vers 8h30. Objectif faire de la topo pour Gaëtan et Stéphane dans la galerie du Pus et dans l'Extrême Amont, et désob pour Luc et Jacques dans l'Extrême Amont au niveau de la micro cascade... Une fois la topo effectuée non sans mal, surtout dans le laminoir flotté, baptisé passage Wè-Wè...Gaëtan et Stéphane retrouve l’Equipe désob en pleine action. Après plusieurs tirs, un passage s'ouvre dans un niveau intermédiaire du méandre... Et voilà, c'est reparti... Un peu de ramping dans le méandre puis cela redevient grand, agréable et toujours très concrétionné... Vraiment superbe ! On progresse d'une trentaine de mètres avant de se retrouver sous un йboulis laissant entrevoir beaucoup de vide. Après quelques secondes, on trouve un passage entre deux blocs et l'on dйbouche dans une grande salle d'une forme assez biscornue. L'actif sort d'un méandre perché а une dizaine de mètres de haut et transforme une partie de la salle en cabine de douche. Dans un autre coin, on aperзoit un autre départ а une quinzaine de mètres de haut... Première effectuée : ~ 60 mètres. Développement topographié : 871,6 m Profondeur (inchangée) : - 81 m Reste а topographier : ~135 mètres. To be continued...

  • 2007-11-01 Sortie topo au Chantoire de Rostène . Topographie de l’amont post Wè-Wè… ce qui ajoute 42 mètres et donne un développement total 913 mètres topographiés. Reste environ 100 mètres.

  • 2008-04-19 15 nouveaux mètres de première. Après escalade artificielle et une désob musclée nous atteignons une petite galerie au sommet de l’angle droit. Arrêt sur un coude (à suivre).

  • 2008-05-07 Avec l’appui des FUNDP (Département de Géologie) nous réalisons un traзage entre le Chantoire et la résurgence de Bouvignes. Voir nos news